PaKaL . VISION

Photographie urbaine, lieux insolites ou abandonnés

Entre les emmärdes, une vie professionnelle à la limite trop chargée et un long travail de fond sur deux nouveaux projets, il ne me reste plus beaucoup temps pour faire des photos que je pourrais publier au jour le jour.

Coté projet, et faute de pouvoir en publier un en rapport avec la construction et l'architecture pour raison juridique, j'ai commencé des recherches et des repérages sur deux idées :

  • "Odyssée de l'espace" dont je ne préfère pas trop parler pour l'instant et...
  • "A 90 degrés" qui consiste à photographier des bâtiments alors que je serai allongé sur le sol les pieds contre la façade tout en visant le ciel. Les premiers essais sont intéressants.

Cela étant, à défaut de nouvelles photos à publier dans l'immédiat, j'ai aussi quelques articles en préparation comme:

  • Un avis tranché et totalement subjectif sur la communauté des photographes portraitistes et leurs modèles...
  • Un article sur l'Instax Mini 90 Neo Classic de Fujifilm...
  • Un article sur la photographie de nuit et son traitement.

Et sinon, j'aurai malgré tout vendu deux photos. Tout d'abord, plusieurs tirages sur différents supports de "Sprinkler tits alarm" ...

Sprinkler tits alarm...

... et ensuite un tirage de "Le petit vestiaire poisseux", une relique datant de 2006 souvent qualifiée d'horrible par certains.

Le petit vestiaire poisseux...

L'année 2013 c'est avant tout l'abandon du moteur maison et le passage sous Koken dont l'interface d'administration à la Lightroom totalement drag & drop m'a totalement séduit, celle-ci permet de me concentrer sur la publication au lieu de perdre un temps bête en upload FTP et autres injections manuelles dans une base MySQL.

Koken 0.11.3

C'est ensuite la réorganisation d'une partie de mon travail, la mise en place d'une nouvelle structure et surtout la mise en pratique du principe de la série, le tout inspiré d'une rencontre avec Olivier Vanhoeydonck.

Ce sont 85 nouvelles photos (plus que les 4 dernières années regroupées) qui sont principalement regroupées en trois séries Instagram et une collection appelée "Faux carré", le reste étant réparti dans différents thèmes.

Et c'est la surprise sur la série "[Lo-Fi] Autobus", d'une part parce que c'est la première fois que je photographiais des personnes vivantes même si c'est sans leur consentement, d'autre part par le résultat et les critiques positives.

 

Malheureusement, c'est aussi la mise en suspend après 7 mois de travail sur un gros projet papier pour des raisons juridiques.

Accessoirement, c'est l'achat d'une imprimante Canon SELPHI 900 permettant la réalisation à moindre frais de livrets pour "[Lo-Fi] Autobus" et "[Lo-Fi] Le vélo" et la création d'un portfolio pour présenter mon travail.

Et enfin, c'est l'année pour laquelle j'aurai vendu le plus de tirages dont 3 de la série "[Lo-Fi] La vie de mes pieds" et même si je ne deviendrai jamais riche c'est très gratifiant.

Tirages

Sur ce, je file, car nous sommes déjà en 2014!

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, 500px est un site gratuit de partage de photo, c'est dans la trempe de Flickr mais moins accessible au grand public car à la limite de l'élitisme à un tel point que certains en disent:

Passer 5 minutes sur www.500px.com et être dégouté...

En effet, ce qui est mis en avant (Popular) est à la limite de jaw dropping. La majeur partie de ce que vous y verrez se compose de grands paysages, d'eau en mouvement, de modèles tous mis en scène et plus beaux les uns que les autres, d'animaux sauvages ou de sportifs en situation... C'est magnifique, superbe, léché, hyper coloré ou en noir et blanc indécent, contrasté, souvent en H.D.R. et/ou pris au grand angle, du pure BREATH TAKING!

500px - Popular

Ce sont de grands moments, de beaux instants, il y a de vrais techniciens et dans l'ensemble tout est très bien maitrisé... C'est franchement digne de Geo ou National Geographic, des magazines de mode ou de photographie, ce sera même du plus bel effet en grand format dans votre salon, dans votre bureau et même dans vos toilettes mais, de mon point de vue, ça ne parle pas, ça ne raconte rien, rien de rien, que dalle, nada, niets... Pour simplifier, je n'aime pas!

Bon O.K., j'aime quand même un peu voir de jolies photos dans le genre mais pour paraphraser un ami que j'écouterais parler de photographique les yeux fermés comme on se délecterait d'un Jean Rochefort narrant la transhumance d'escargots traversant une autoroute:

Faire des paysages sublimes au Yosemite ou à Bali, avec un peu de patience tout le monde sait/peut le faire. Sublimer le quotidien, ça c'est un défi...

Tout es dit, Sublimer le quotidien, ça c'est un défi... voilà ce que j'aime et c'est pour cela que je suis plus admiratif du travail de Roland Lebrun, Olivier Cornil et Olivier Vanhoeydonck que de ce qu'on peut trouver sur 500px.

Finalement, moi ce qui me parle, c'est souvent et tout simplement une photo de lampe de chevet face à du papier peint à motif, des frontières, le quartier Schuman... J'y retrouve de la vie et des histoires.

Roland Lebrun / Olivier Cornil

Le H.D.R., acronyme de High Dynamic Range ou en français "Imagerie à Grande Gamme Dynamique" ou encore "Imagerie Large-Gamme"; - ces traductions sont ridicules -; c’est de la märde!

Bon O.K., c’est un peu léger et très tranché, je vais donc quand même un peu argumenter.

Le H.D.R. c’est en ensemble de techniques principalement utilisées dans l'image de synthèse ou le jeu vidéo pour dynamiser l'intensité lumineuse d’une image. Par extension, ces techniques ont été adaptées à la photographie numérique même si dans ce domaine l'idée n’était pas nouvelle puisque dès 1850, Gustave le Gray composa déjà des tirages avec plusieurs valeurs d'expositions différentes avec pour exemple “Brick au clair de lune” affichant à la fois la mer et le ciel.

Brick au clair de Lune - Gustave Le May - 1850

La réalisation de photos H.D.R. est à la portée de tous, d’ailleurs de nos jours certains appareils et même des smartphones le font pour vous, et pour faire simple il vous suffit de faire plusieurs clichés (3 au minimum) d'une même scène avec des valeurs d'exposition différentes ce qui permet d'obtenir des détails à la fois pour les zones sombres et pour les zones claires, les clichés ainsi obtenus seront ensuite fusionnés via un programme spécialisé.

-4 stops / -2 stops / +2 stops / +4 stop > Local tone mapping

Malheureusement, à quelques exceptions près, comme vous devez obtenir plusieurs clichés identiques dans leur composition il faut que votre appareil soit parfaitement stable et que le sujet ne soit pas en mouvement et c'est là que ça commence déjà à sérieusement m'ennuyer dans tous les sens du terme. Le trépied ou le fait que vous deviez bloquer votre appareil dans une position supprime généralement toute dynamique à la scène. Mais ce n'est pas encore ce qui me chagrine le plus...

Non, ce qui me chagrine le plus c'est cet horrible halo tout droit sorti de nul part et qui rend quasiment toutes ces photos totalement irréelles. Puis il y aussi l'excès... l'excès de contraste, l'excès de couleur, l'excès de saturation, ...

Alors qu'il est si simple de rendre la dynamique ou la vibrance sans artifice ou excès...

Evidemment, le photographe H.D.R. (qui parfois à court d'arguments s'auto proclamera Artiste Numérique) défendra son travail bec et ongles vous dira que c'est ce qui se rapproche le plus du fonctionnement de l'oeil et du cerveau ou encore qu'il y H.D.R. et H.D.R. bien sûr...

En tout cas, une chose est certaine, les résultats d'une recherche sur google ne me donnent qu'une seule envie... hurler la bouche encore pleine de vomi... "Meurs H.D.R.! Meurs!".